Exposition : Minhwa « Chaekgeori… de la beauté des livres »

Exposition : Minhwa « Chaekgeori… de la beauté des livres »

Centre Culturel Coréen
20 rue la Boétie, 75008 Paris

Jusqu’au 10 septembre 2021

 

Peinture populaire coréenne d’autrefois réinterprétée par 47 artistes d’aujourd’hui


« Beaucoup pensent que la nature morte est exclusive à la peinture occidentale. Toutefois, ce genre pictural était également populaire sous la dynastie Joseon en Corée, avec, entre autres thématiques, celle du livre. Diverses natures mortes ont été dépeintes dans de nombreux pays à travers le monde, mais celles représentant des livres comptent parmi les plus rares.

En Corée, le mot « livre » (chaek) est présent dans le nom de chaekgeori, style de nature morte représentant des ouvrages et divers objets liés à l’écriture, sous forme d’objets en porcelaine, en bronze, de papeterie ou d’autres objets courants, harmonieusement associés à des éléments naturels tels que des fruits, des plantes, des animaux et tant d’autres. »

C’est par ces quelques mots d’introduction que s’ouvre la nouvelle exposition du Centre Culturel Coréen, « chaekgeori… de la beauté des livres ». Inédite en France, celle-ci s’inscrit au cœur du style minhwa. Faisant partie intégrante du patrimoine culturel de la Corée, celle-ci signifie « peinture populaire » et tire ses racines du quotidien des Coréens les plus modestes de la fin du 18e siècle à la première moitié du 20e siècle. Se jouant des différences de classes, la peinture minhwa a indéniablement gagné le pari d’être appréciée de tous, de la cour royale aux quartiers les plus pauvres. Ce style pictural continue de véhiculer la passion qui anime les artistes spécialisés, encore très nombreux aujourd’hui.

Haute en couleurs et volontiers réhaussée d’une bonne dose d’humour, la peinture minhwa se compose le plus souvent de représentations florales et animales – le plus souvent tigres, pies, pivoines et lotus – mais aussi humaines et symboliques. Cet art populaire comprend le chaekgeori ou chaekgado, peintures sur paravent représentant des livres et accessoires divers utilisés par les lettrés de la Corée d’autrefois. Particulièrement apprécié du roi Jeongjo (22e roi de Corée ayant régné durant le 18e siècle), le style chaekgado a ensuite traversé les classes sociales pour devenir un genre très prisé par les gens du peuple. Ainsi, en se popularisant, livres et objets de calligraphie ont laissé la place à des peintures mettant en avant la faune et la flore, sujets davantage aimés des classes plus modestes de la société coréenne d’antan. Vieux de plusieurs siècles, l’art du chaekgeori ou chaekgado a su rester à la fois authentique et moderne. De nouveaux objets et des thématiques plus récentes ont été ajoutés au fil de l’histoire, permettant ainsi au genre de rester de tous temps proche de son époque.

 

Source: Centre Culturel Coréen à Paris.

 



Citer ce billet
artsdelacoree (2021, 1 septembre). Exposition : Minhwa « Chaekgeori… de la beauté des livres ». Arts de la Corée. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0qn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search