15e Biennale d’art contemporain de Lyon

 

15e Biennale d’art contemporain de Lyon

Jusqu’au 5 janvier 2020

 

Pour sa 15e édition, la grande Biennale d’art contemporain de Lyon – qui avait accueilli, en 2017, 330 000 visiteurs – change de lieu et investit pour la première fois les 29 000 m2 des anciennes usines Fagor, lieu emblématique de l’histoire ouvrière lyonnaise. Le commissariat de cette édition a été confié à l’équipe de curateurs du Palais de Tokyo qui a sélectionné pour l’occasion une cinquantaine d’artistes particulièrement inventifs de toutes générations et nationalités.

Trois artistes coréennes ont été invitées à présenter leur travail dans le cadre de cette Biennale :

Mire LEE, née à Séoul en 1988, vit et travaille à Séoul.
Les sculptures motorisées de Mire Lee s’apparentent à des machines organiques dans lesquelles des liquides visqueux circulent et se répandent dans des enchevêtrements de câbles et de tuyaux. Relevant d’une relation affective ambiguë de l’artiste aux matières qu’elle travaille comme l’acier, le silicone ou l’argile, ses œuvres explorent la tension entre attraction et répulsion, amour et haine, douceur et violence, domination et soumission…

Yona LEE, née à Busan en 1988, vit et travaille à Auckland (Nouvelle-Zélande).
Yona Lee réalise de grandes installations d’apparence labyrinthique. Dans les halles des anciennes usines Fagor, des centaines de mètres de tuyaux en acier inoxydable sont coupés et soudés pour former des structures linéaires élaborées, permettant un autre rapport à l’espace. En y incorporant des éléments extraits d’espaces urbains ou domestiques, l’artiste infuse son œuvre d’un surréalisme du quotidien. Travaillant toujours in situ, elle met en forme des systèmes ou réseaux pouvant autant apparaître autoritaires qu’utopiques, utilitaires que ludiques…

Minouk LIM, née à Daejeon en 1968, vit et travaille à Séoul.
L’œuvre protéiforme de Minouk Lim, entre sculpture, son et performance, s’inspire de la transformation récente de la Corée du Sud. Pour la Biennale, elle imagine une source d’eau chaude qui serpente dans les espaces et véhicule des costumes inspirés par les patrons de costumes traditionnels coréens en chanvre qui firent l’objet de détournements pendant l’Occupation japonaise. Ces costumes flottants à la surface de l’eau, initialement réservés aux rites funéraires, ravivent la mémoire collective autant que celle, encore vive, des anciennes usines Fagor qui produisaient, il y a encore peu, des machines à laver…

BIENNALE DE LYON
Tél : 04 27 46 65 60
www.labiennaledelyon.com

ANCIENNES USINES FAGOR
65, rue Challemel Lacour
69007 LYON

Source : Centre culturel coréen.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search