Exposition : Le monde vu d’Asie – Au fil des cartes

 

 

Exposition : Le monde vu d’Asie – Au fil des cartes

Musée Guimet, 6 place d’Iéna, 75116 Paris

Jusqu’au 10 septembre 2018

 

Le musée national des arts asiatiques – Guimet propose une autre histoire du monde, illustrée par des chefs-d’oeuvre cartographiques et iconographiques célèbres ou méconnus, qui témoignent des échanges féconds entre les différentes régions asiatiques, ainsi qu’entre l’Asie et le reste du monde. Véritables oeuvres d’art et précieuses sources historiques, topographies, paysages et objets exceptionnels sont rassemblés. Peintures, gravures et manuscrits, grès et porcelaines, laques et ivoires, ou encore une rare sphère armillaire japonaise, éclairent le processus de mondialisation du 15e jusqu’au 20e siècle. Les représentations donnent à voir l’Asie à travers cosmographies, routes de pèlerinages et découvertes, geste impériale et expansion coloniale. Elles participent à l’invention d’un continent qui, hier comme aujourd’hui, constitue la moitié essentielle du monde.


Paravent à huit panneaux à décor de mappemonde Corée, 1860, dynastie Choson (1392-1910). Papier, MNAAG © Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris.

 

Retracer cette histoire du monde, tel est le défi de l’exposition qui nous invite à changer de perception, à ne plus considérer l’approche exclusivement eurocentrée de la géographie. C’est en effet à travers le prisme de l’Asie – et non plus celui de l’Europe – que l’exposition riche en bijoux iconographiques révèle toute la beauté d’un monde d’échanges et de relations. Si les planisphères européens placent la Méditerranée au centre du monde, l’exposition propose une approche autre de la cartographie, autour de nouveaux points de référence, réels ou mythiques, tel que le mont Méru, le lac Anavatapta ou encore les monts Kunlun. Loin d’une image exotique et essentialisée de l’Asie, comme cela a été le cas dans le passé, c’est au contraire l’hétérogénéité d’un continent riche de cultures qui est mis en lumière.

À la fois esthétique et spirituelle, la cartographie asiatique relève plus d’une vision que d’une fonction. Remontant au 15e siècle pour les plus anciennes, les cartes présentées sont des oeuvres d’art à part entière. Les savantes techniques asiatiques de peinture, de dessin ou de calligraphie utilisées pour leur conception, participent de la plus haute exigence esthétique. Leurs dimensions symbolique, cosmologique et astrologique, rendent, quant à elles, compte d’une véritable « âme » de la cartographie, d’un imaginaire de la représentation du monde.

L’Asie a inspiré l’Europe et vice et versa. Si les « grandes découvertes » européennes ont amené avec elles de nouveaux savoirs et de nouvelles techniques de cartographie en Europe, l’Asie a su, elle aussi, s’inspirer du vieux continent, les deux ayant communié dans le même esprit de modernité. Ainsi, l’exposition bouleverse les repères habituels : la mondialisation et les échanges interculturels apparaissent alors beaucoup plus anciens qu’on ne l’imagine.

 

Détail, paravent à huit panneaux à décor de mappemonde Corée, 1860, dynastie Choson (1392-1910). Papier, MNAAG © Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris.

***

Exhibition : The world seen from Asia

The Guimet National Museum of Asian Arts offers visitors a different history of the world, illustrated by cartographic and iconographic masterpieces, both famous and little-known. They tell of the fertile exchanges between the various Asian regions, as well as between Asia and the rest of the world.

The exhibition brings together works of art and precious historical sources, topographic depictions, landscapes and exceptional objects. Paintings, engravings and manuscripts, stoneware and porcelain, lacquer and ivory, and even a rare Japanese armillary sphere shed light on the globalisation process from the 15th to the 20th Century. The representations show Asia through cosmography, pilgrimage routes and discoveries, imperial actions and colonial expansion. They helped to invent a continent which was and still is a crucial half of the world. The exhibition attempts to retrace this history of the world. It invites us to adopt a different perspective, going beyond the exclusively Eurocentric approach to geography.

It is through the prism of Asia (and no longer that of Europe) that the exhibition, with its abundant iconographic gems, reveals the full beauty of a world of exchanges and interactions. While European world maps place the Mediterranean at the centre of the world, the exhibition proposes an alternative approach to cartography, centered around new points of reference (real or mythical). These include Mount Meru, Lake Anavatapta, or the Kunlun Mountains. Far from the exotic and simplified image of Asia that was common in the past, the exhibition highlights the diversity of a continent rich in cultures.

Simultaneously aesthetic and spiritual, Asian cartography is more about vision than function. With the oldest dating back to the 15th Century, the maps presented are works of art in themselves. Respecting the highest aesthetic requirements, they were created using Asia’s expert painting, drawing and calligraphy techniques. Meanwhile, their symbolic, cosmological and astrological dimensions show that cartography had a true ‘‘soul’’, that the collective imagination influenced the representation of the world.

Asia inspired Europe, and vice versa. Although Europe’s ‘‘great discoveries’’ brought it new knowledge and new cartographic techniques, Asia also took inspiration from Europe, with both continents united in the same spirit of modernity. Thus, the exhibition destabilises our conventional points of reference, revealing that cultural exchanges are much older than we might imagine.

Source : Musée Guimet.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.