Exposition : Donation Lee Ung-No

Lee Ung-No, « Fonds marins », 1986 © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Audrey Laurans/Dist. RMN-GP © Adagp, Paris.

 

Donation Lee Ung-No

 

Jusqu’au 27 novembre 2017

Centre Pompidou, Paris

 

Considéré comme un artiste majeur en Corée du Sud, qui lui consacre un musée depuis 2007, Lee Ung-No (Séoul, 1904 – Paris, 1989) reste méconnu en France, sa patrie d’adoption. Une généreuse donation de quatorze peintures et trois sculptures, proposée par la veuve de l’artiste et son fils, offre aujourd’hui au Centre Pompidou un ensemble représentatif de son œuvre. Formé à la peinture à l’encre de Chine et à la peinture traditionnelle en Corée et au Japon, Lee Ung-No expose pour la première fois en Occident en 1957 à New York. Il débute sa carrière européenne en Allemagne, avant de s’installer en France à partir de 1960. Dès son arrivée à Paris, Lee Ung-No expose au Studio Paul Facchetti et abandonne le paysagisme poétique qui caractérisait sa production. Son abstraction radicale marquée par l’adoption d’un langage matiériste manifeste la rapide insertion de Lee Ung-No au sein de l’art informel parisien. À partir de 1963, l’artiste commence à intégrer dans ses collages des idéogrammes abstraits. 

En 1967, intervient un événement dramatique. Arrêté à Séoul pour espionnage et condamné à la prison à perpétuité, il n’est gracié que deux ans plus tard grâce à la mobilisation d’un comité de défense comprenant de nombreux artistes. De retour en France, Lee Ung-No s’oriente vers des compositions où figurent parfois des slogans se référant à la situation politique de son pays natal où il reste « persona non grata » jusqu’en 1988. Profondément ému par la brutale répression du soulèvement étudiant de Gwangju (1980), Lee Ung-No entreprend alors sa série des « Foules ». Revenant à la peinture à l’encre de Chine (qu’il n’a en fait jamais abandonnée), Lee Ung-No y propose un vibrant plaidoyer en faveur de la liberté des peuples.

Commissaire : Mnam/Cci, Bernard Blistène.

Source : Centre Pompidou.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.