Exposition : Ha Chong-Hyun et la « peinture monochrome » Tansaekhwa

Exposition : Ha Chong-Hyun 하종현

Jusqu’au 1er juin 2017

Galerie Almine Rech

64 Rue de Turenne, 75003 Paris

 

La gestualité calme de Ha Chong-Hyun
par Alfred Pacquement

De 1972 date une petite sculpture de Ha Chong-Hyun qui, à elle seule, paraît anticiper la suite de son œuvre de peintre. Dans une boite en bois est tendue une corde de chanvre dont quelques brins ayant cédé sous la tension se déploient dans le vide, mettant en danger de rupture le mince reliquat de cordage. L’agencement en est simple à l’extrême, clairement lisible, et fait appel à un matériau banal. Cette image d’une forte pression sur les éléments, mais aussi de leur résistance, semble bien résumer la démarche de l’artiste, annonçant les peintures dotées du titre générique de Conjonction, entamées dès 1974 et qui se poursuivent encore aujourd’hui.

Ha Chong-Hyun s’est engagé dans la voie de l’abstraction dès le début des années soixante, appartenant ainsi à la première génération d’artistes coréens épousant cette direction esthétique. Il a d’abord abordé la toile avec des matières lourdes et une structuration de l’espace pictural proche de l’Informel européen[1]. Ont suivi des peintures toujours abstraites mais tout à fait différentes car organisées à partir de formes géométriques et polychromes au contraire des précédentes et où dominaient des couleurs issues des traditions populaires de son pays.

 

Lire la suite ici.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.