Festival de BD d’Angoulême : Le Prix Révélation attribué au manhwa Mauvaises filles

manhwa

 

La bande dessinée coréenne Mauvaises filles par Ancco 앙꼬 reçoit le Prix Révélation lors du 44e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

Ancco, Mauvaises filles, Cornélius éditions, 2016.

Prisonnière d’une société désenchantée, Jin-joo fait les quatre cents coups et tente de fuir sa famille aux côtés de Jung-ae, une autre jeune fille rétive à l’autorité. Dans ce récit sensible en noir et blanc, Ancco revient sur une adolescence difficile passée en Corée du Sud à la fin des années 1990, où la violence semble devoir faire partie du quotidien…

Ancco

Née en 1983 à Seongnam, ville proche de Séoul dans la province du Gyeonggi, la plus peuplée de Corée du Sud, Ancco est la troisième fille d’une famille de quatre enfants. Elle dessine très tôt et le public la découvre en 2003, quand elle publie sur internet un journal dessiné, qui sera ensuite édité en album (traduit en français par les éditions Picquier). Ne se séparant jamais de son carnet de croquis, Ancco tente d’arrêter le temps en confiant au papier une trace du moment vécu, fut-il banal ou triste. « Je ne suis, écrit-elle, ni trop jeune, ni trop vieille, et je ne tiens pas à précipiter les choses. » Prenant prétexte d’épisodes de sa propre vie, elle dresse un tableau sans complaisance de la société coréenne tiraillée entre tradition et modernité, hantée par les fantômes de l’Histoire et bousculée par la civilisation matérialiste occidentale. Ancco apparaît comme le porte-parole du malaise de la jeunesse coréenne à travers une bande dessinée centrée sur la vie quotidienne des adolescents. Libérant ainsi la parole longtemps réprimée des jeunes Coréens, elle est devenue une référence pour toute une génération. Raconter des histoires, tout comme jouer de la musique ou fabriquer des maquettes, est pour cette artiste une façon de maîtriser le monde et la vie, de leur donner du sens. Avec ses chiens et ses dessins, Ancco trouve la force d’endurer le quotidien : « J’espère pouvoir à l’avenir continuer à faire des manhwas tout en menant ma vie comme je l’entends. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *