Compte rendu : Colloque international de la Society for East Asian Archaeology (SEAA), Fukuoka

 

Le cinquième colloque international de la Society for East Asian Archaeology (SEAA) s’est tenu du 6 au 10 juin 2012 au Japon, à Fukuoka. Plus de 200 participants ont dû faire des choix cornéliens pour assister au plus grand nombre de communications (environ 180) regroupées en 24 sessions sur cinq jours ; certaines aux thèmes similaires avaient lieu au même moment. Comment assister par exemple à la session consacrée aux« Etudes anthropologiques et archéologiques des relations entre le Japon et la Corée depuis l’âge du fer jusqu’à la période des Trois Royaumes » sans participer à celle sur « Les récentes découvertes sur les périodes Yayoi et Kofun au Japon », dont certaines problématiques se recoupent ?

Une session spéciale consacrée aux dernières découvertes archéologiques en Corée, « Issues in contemporary Korean archaeology », s’est tenue le 9 juin, organisée par les professeurs PAK Yangjin (Université nationale de Chungnam) et IM Hyojai (Université nationale de Séoul).

Si cette session a été particulièrement intéressante et riche en informations sur des sujets aussi divers que l’âge du bronze coréen (habitat, sépultures, poteries, rituels), la découverte de tombes du royaume de Koguryo en Corée du Sud (alors que celles-ci sont majoritairement situées en Corée du Nord et dans le nord-est de la Chine) ou l’expansion urbaine de la capitale Sabi (538-660 ap. J.-C.) du royaume de Paekche, elle ne reflète néanmoins pas la diversité et la complexité des données archéologiques pour la période s’étendant du paléolithique jusqu’à la période des Trois Royaumes.

Faute de temps, mais surtout pour des raisons pratiques, les organisateurs avaient donné la préférence aux chercheurs coréens pouvant faire une communication en anglais. Aussi, certains on pu regretter que l’accent ait été mis sur l’âge du bronze (5 communications sur 11 ont porté sur ce sujet), au détriment de sujets tout aussi importants que sont les entités de Kaya, la formation des Samhan (Trois Han) au sud de la péninsule ou l’archéologie de la commanderie chinoise des Han de Lelang dans la région de Pyongyang, sujets dont les recherches se sont actualisées grâce à de nouvelles découvertes archéologiques.

Le colloque s’est conclu par l’élection du nouveau bureau de la SEAA lors de l’assemblée générale du 10 juin. Le professeur PAK Yangjin remplace Mme Fumiko IKAWA-SMITH en tant que nouveau Président de la SEAA. A l’initiative du professeur Pak, il a été décidé de réunir désormais le colloque de la SEAA tous les deux ans au lieu de tous les quatre ans, afin de rendre plus régulièrement compte des nombreuses nouvelles découvertes archéologiques et de l’actualité de la recherche. Il s’agit aussi de réduire le temps d’attente du prochain pays organisateur. Ce nouveau calendrier permettra également aux jeunes chercheurs et doctorants de présenter leurs travaux au cours de leurs études.

Constitution du nouveau bureau de la SEAA :

-Président : PAK Yangjin

-Vice-Président : Francis ALLARD

-Trésorière : Leo-Aoi HOSOYA

-Secrétaire : Barbara SEYOCK

-Représentant de la SEAA pour l’Amérique du nord : Gwen BENNET

-Représentant pour la Chine : CHEN Xingcan

-Représentant pour la Corée : Martin BALE

-Représentant pour l’Europe : Ariane PERRIN

-Représentant pour le Japon : Koji MIZOGUCHI

Un nouveau représentant pour l’Asie du nord (Mongolie, Russie) sera prochainement élu.

Au cours de cette assemblée générale, le professeur Lothar von Falkenhausen, coéditeur du Journal of East Asian Archaeology (JEAA) avec le professeur Robert Murowchick, a annoncé la fin officielle de cette publication faute de moyens financiers pour en assurer la qualité éditoriale.

L’assemblée générale s’est terminée par l’annonce du lieu du prochain colloque de la SEAA, qui aura lieu en juin 2014 en Mongolie, à Oulan Bator. Selon les propos tenus par Mme Tumen DASHTSEVEG, professeur au département d’archéologie et d’anthropologie de l’université nationale de Mongolie, qui assurera l’organisation du colloque, les participants seront invités « à découvrir d’autres aspects de la culture asiatique, et notamment la culture nomade ».

 

Ariane Perrin

Chercheur associé du Centre de Recherches sur la Corée,  UMR 8173 “Chine, Corée, Japon” CNRS-EHESS

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.