Exposition : Cendre et Lumière, oeuvres de Minjung KIM

Alveaure, 2015. Techniques mixtes sur papier de mûrier hanji, 132 x 190 cm © Minjung KIM.

Cendre et Lumière, oeuvres de Minjung KIM

Musée des Arts asiatiques, Nice

Jusqu’au 3 septembre 2017

 

Minjung Kim est née à Gwangju en Corée du Sud en 1962. C’est là qu’elle s’est formée auprès de maîtres coréens à la calligraphie et à la peinture coréenne traditionnelle, tout en suivant des études d’art dans son pays mais aussi en Italie. En 1985, elle obtient une maîtrise à l’université de Hongik à Séoul. En 1991, elle déménage en Italie afin de poursuivre ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Brera, à Milan. Elle se consacre alors tout particulièrement à l’analyse des oeuvres d’artistes occidentaux qui, au cours du XXe siècle, se sont intéressés à la peinture orientale.

Elle poursuit l’exploration des interconnexions existant entre les techniques et les conceptions asiatiques et occidentales en dehors de l’Académie. Elle travaille toujours à même le sol, en accord avec la tradition asiatique car le sol est le support de base de toute peinture, au sens propre comme au sens figuré. Son travail repose sur deux médiums fondamentaux : le papier coréen hanji, ou papier de mûrier, et l’encre.

Depuis 1998, elle superpose dans ses oeuvres des couches de papier dont elle brûle certaines portions, afin de créer un effet tridimensionnel symbolisant les strates du temps qui passe. Les bords brûlés créent une sorte de frémissement, définissant une forme changeante qui disparaît puis ressurgit de l’arrière plan, immergée dans ces espaces singuliers qui les englobent et les connectent.

Pour brûler le papier, Minjung Kim utilise soit un bâtonnet d’encens, soit une bougie, réduisant davantage le poids de la feuille de papier, déjà fine et légère. Le feu trace des points ou des lignes irrégulières qui semblent à première vue réalisés à l’encre. Mais une observation plus attentive révèle qu’ils ont été délicatement brûlés, projetant des ombres aux teintes brunes. Au lieu d’user de formes ornementées et tape-à-l’oeil, l’artiste recherche une matérialité modeste, une élégance naturelle.

Kim explique que la règle la plus importante lorsque l’on brûle le papier hanji est de rester silencieux et de contrôler sa respiration. Faute de quoi, on verrait apparaître des lignes et des points irréguliers. Apprivoiser ce papier sensible au moindre souffle et dompter la flamme, qui pourrait en un instant le consumer, nécessite une très grande maîtrise. Kim voue une véritable passion à ce matériau naturel dont elle décrit la surface au toucher semblable à celui de la peau. Cela fait plus de vingt-quatre ans que Kim a quitté son pays natal, mais elle ne s’est toujours pas lassée de ce papier.

Source :  Musée des Arts asiatiques.

The street, 2015. Techniques mixtes sur papier de mûrier hanji, 140 x 200 cm © Minjung KIM.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *