Article : Linda Gilaizeau et Mark Guillon, « La perception de la sépulture aux périodes Yayoi et Kofun au Japon. Résultats et réflexions sur les investissements de ces sociétés dans leurs tombes et leurs nécropoles »

linda-cover

 

Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours

XXXVIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes

Sous la direction de M. Lauwers et A. Zemour

Éditions APDCA, Antibes, 2016.

 

 « La perception de la sépulture aux périodes Yayoi et Kofun au Japon. Résultats et réflexions sur les investissements de ces sociétés dans leurs tombes et leurs nécropoles », pp. 293-310.

Linda Gilaizeau, Mark Guillon

 

Résumé

La culture Yayoi naît de la rencontre entre des populations de la péninsule coréenne s’établissant au nord de l’île de Kyūshū et celles, autochtones, de culture Jōmon vers le VIIe  siècle av. J.-C. Les échanges avec les sociétés du sud de la péninsule sont continus durant toute la période Yayoi (env. VIIe  s. av. J.-C. – milieu du IIIe  s. apr. J.-C.) et Kofun (milieu du IIIe  s. – milieu du VIe  s.) et sont visibles dans les sépultures. Nous abordons l’étude de l’évolution des pratiques funéraires et des résultats concrets sont présentés. Ainsi, nous pouvons proposer une évolution en plusieurs phases jusqu’au début de la période Kofun. Ces différentes phases reflètent des modes d’adoption, d’abandon, de réinterprétation de la culture funéraire continentale, mais elles montrent aussi clairement des évolutions originales.

Mots clés : Japon, Yayoi, Kofun, tombes, pratiques funéraires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *