Colloque : « Comment penser l’antiquité japonaise ? », 2-3 décembre 2016

kofun

Quels nouveaux matériaux pour la compréhension de l’histoire ancienne du Japon ?

Laurent Nespoulous (Inalco)

 

L’Antiquité est une période de l’histoire, que ce soit en France ou au Japon, qui ne peut être étudiée sans une approche résolument pluridisciplinaire : il y a des textes, certes, mais leur rareté ou leur partialité conduit à ouvrir le spectre des sources afin d’obtenir une image de meilleure définition : archéologie, épigraphie, histoire de l’art, littérature ; il convient de « faire feu de tout bois ». L’université d’Osaka accueille en son sein toutes ces différentes branches des sciences humaines. C’est donc dans l’idée d’ouvrir une collaboration entre cette dernière et l’Inalco sur les « savoirs de l’Antiquité », que vient se situer le présent colloque, avec pour vocation première de faire un état des lieux sur l’avancée de la recherche antique, au sens le plus large possible, au Japon.

Ce premier échange se déroulera selon deux modalités concrètes qui se veulent complémentaires :

1) l’organisation, le 2 décembre 2016, d’un atelier qui se tiendra, en japonais, et en les murs de l’Inalco, et qui rassemblera des spécialistes français et japonais des temps anciens du Japon. Il portera sur des points précis qui intéressent la démarche de connaissance du Japon archaïque : la validité des textes par rapport à la réalité dévoilée par les résultats des fouilles archéologiques (et une comparaison avec la situation française) ; la disparition de l’influence de la Chine dans les tombes du tout début de l’Antiquité, la circulation des biens de première nécessité, tels le sel ; les formes de la religiosité avant les grandes mises en ordre de l’Antiquité ; la place du Roman du Genji et des ses différentes copies manuscrites dans la connaissance de cette dernière ;

2) l’organisation d’un colloque public, à la Maison de la culture du Japon à Paris, en interprétation simultanée, qui a pour vocation de s’adresser à la fois à un public plus large, mais aussi de faire se rencontrer quelques spécialistes français du monde antique européen avec leurs collègues japonais. Le but est ici de discuter des problèmes thématiques propres à l’étude du Japon ancien et par rapport à celles que connaît l’Europe. Les thématiques sont celles de : a) la relation entre l’antiquité, la protohistoire et les tombes impériales ; b) l’étude de la religiosité et de la statuaire antique ; c) les premiers usages de l’écriture, d) l’apport de la documentation iconographique (rouleaux peints) dans la reconstitution du monde antique.

L’histoire antique et les matériaux pour son étude sont rarement des sujets d’échanges avec le Japon, alors que la France a une longue tradition de l’étude des temps anciens. Nous pouvons donc nous réjouir de l’organisation d’un événement variant les approches, qui, nous l’espérons, marquera le début de collaborations nouvelles.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

  • Vendredi 2 décembre 2016, 9h30-17h00

Auditorium de l’Inalco, 65 rue des Grands Moulins, Paris (En japonais)

 

  • Samedi 3 décembre 2016, 14h00-19h30

Maison de la culture du Japon à Paris (Avec interprétation simultanée)

Entrée libre sur réservation

 

Fruit d’une collaboration entre l’Université d’Osaka et l’Inalco sur les « savoirs de l’Antiquité », ce colloque a pour objectif de faire un état des lieux sur l’avancée de la recherche dans ce domaine au Japon.

Programme :

· Laurent Nespoulous, introduction

  • Takahashi TeruhikoLe Kojiki, le Nihon shoki et les mausolées impériaux
  • Ichi HirokiLes premiers usages de l’écriture dans le Japon antique
  • Fujioka YutakaCroyances et images de Zaô gongen, un dieu de la montagne
  • Estelle Leggeri-BauerL’apport de la documentation iconographique dans la reconstitution du monde antique

 

Source : Maison de la culture du Japon à Paris.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *