Nouvelles présentations des salles Japon et Corée au Musée Guimet

Avalokitesvara à mille bras, Corée, Kyongsangbuk-do, Songju, temple de Tongbang-sa, Epoque Koryo (918 – 1392), Xe – XIe siècle, Fonte de fer. Mission Charles Varat, 1888 © Musée Guimet, Paris, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Yves et Nicolas Dubois.

Avalokitesvara à mille bras, Corée, Kyongsangbuk-do, Songju, temple de Tongbang-sa, Epoque Koryo (918 – 1392), Xe – XIe siècle, fonte de fer. Mission Charles Varat, 1888
© Musée Guimet, Paris, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Yves et Nicolas Dubois.

Nouvelles présentations des salles Japon et Corée

Musée Guimet

La nouvelle présentation des salles Japon et Corée prolonge le redéploiement des salles Chine, ré-ouvertes en décembre 2015. La médiation repensée met en évidence les salles dédiées aux grands donateurs, mécènes, diplomates et explorateurs, tout en soulignant les grands domaines et techniques des arts décoratifs, intégrant aussi l’art le plus contemporain. Elles répondent à une meilleure mise en valeur de l’espace autour d’un principe d’unité thématique ainsi qu’une plus grande clarté dans la présentation chronologique.

En hommage à Koechlin, Gillot, d’Ennery, le raffinement de la classe militaire au Japon

L’armure de Samouraï nouvellement acquise, grâce aux dons issus du mécénat participatif et de la contribution du Fonds du Patrimoine, est désormais présentée au centre de la salle consacrée à l’époque d’Edo. Une remarquable paire d’étriers d’apparat, un ensemble de gardes de sabre, ou encore le casque aux armoiries de la famille Wakizaka – don récent de la Société des amis du musée – s’inscrivent dans la thématique.

Masques et textiles en salle Japon, masques et peintures de moines en salle Corée

Les masques du théâtre Nô – du 14ème au 16ème siècle – marquent l’apparition d’une esthétique propre à cette période (Muromachi), auxquels s’ajoutent les masques de théâtre religieux, constituant un ensemble d’une grande rareté. Les céramiques sont redéployées et des textiles et costumes sont pour la première fois intégrés aux objets pour une meilleure compréhension des autres aspects de la culture japonaise et sont mis en regard avec d’autres exemples décoratifs. En écho, la Corée juxtapose bouddhisme et culture villageoise.

Trois salles évoquent Varat, Collin de Plancy et Lee-Ufan, pour la Corée

Toute en finesse et en fluidité, la mise en perspective chronologique des présentations et l’accessibilité au public français et étrangers sont de mise non seulement pour le Japon mais aussi la Corée qui s’étend depuis l’époque des Trois Royaumes (1er-7ème siècle), la dynastie Choson (1392-1910) jusqu’au 21ème siècle avec l’oeuvre au charbon de Lee Bae « Issue du feu », don de l’artiste en 2015. L’exceptionnelle donation de Lee Ufan en 2002 – 100 peintures et 27 paravents – considérée comme l’une des plus importantes collections jamais rassemblées en Occident, s’inscrit dans l’espace en rotonde, soulignant une esthétique à l’ombre du Confucianisme.

Source : Musée Guimet.

***

Vous pouvez lire deux articles consacrés au Musée national des arts asiatiques Guimet (MNAAG) et à sa présidente Sophie Makariou, sur la gestion et la valorisation des collections d’art asiatique, ici et .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *