Exposition : C C C. Céramique Contemporaine Coréenne, Fondation Bernardaud

 vue expo

 

C C C. Céramique Contemporaine Coréenne

Fondation Bernardaud, Limoges

Jusqu’au 5 novembre 2016

 

Chaque année, la Fondation Bernardaud organise une grande exposition thématique devenue l’un des rendez-vous incontournables des amateurs de céramique, parce qu’elle fait découvrir l’actualité internationale de la céramique. Un domaine particulièrement riche puisque la céramique (du grec keramos signifiant argile) désigne tout objet réalisé en terre argileuse ayant subi une transformation définitive sous l’action du feu, c’est-à-dire les quatre principaux types de céramique traditionnelle : la poterie (ou terre cuite), le grès, la faïence et la porcelaine.

À l’occasion de l’exposition C C C. Céramique Contemporaine Coréenne, la Fondation d’entreprise Bernardaud présente quatorze céramistes coréens, à la créativité éclectique. 

L’année France-Corée 2015-2016 et le jumelage récent des villes d’Icheon et de Limoges soulignent l’opportunité de cette exposition, qui accueille des artistes dont la création s’inspire d’une tradition nationale de dix mille ans. La riche histoire céramique coréenne est marquée, successivement, par les céladons, les buncheong à engobe blanc et les porcelaines intitulées « jarres de lune ». Les artistes présentés ouvrent de nouvelles voies, au-delà de l’esthétique traditionnelle coréenne, réinterprétant l’héritage pour s’inscrire dans la modernité, interrogeant le passé pour traduire la société moderne mondialisée.

Hyeyoung CHO, commissaire de l’exposition, est internationalement reconnue pour son travail avec les céramistes contemporains coréens. Les quatorze artistes qu’elle a choisis présentent quelque soixante-dix œuvres, jamais montrées en France. Attentives aux attentes orientales aussi bien qu’occidentales, ces pièces, nourries de cette double exigence, s’attachent à trouver un dénominateur esthétique commun et actuel entre les deux cultures. L’exposition comprend également des peintures, des photographies, des œuvres vidéo et des installations, qui parlent à leur façon de la céramique coréenne contemporaine et renforcent, dans la diversité de leurs pratiques, le sens général de la manifestation.

 

Artistes représentés :

Sinhyun CHO

Sekyun JU

Ikjoong KANG

Juree KIM

Bohnchang KOO

Kanghyo LEE

Seunghee LEE

Soyoung PARK

Daekyun SEO

Meekyoung SHIN

Euijeong YOO

Sol YOON

Sangduk YU

Suyeon YUN

 

Fondation d’entreprise Bernardaud
27, avenue Albert-Thomas, Limoges

 

kim juree

Le travail de Juree Kim porte sur l’éphémère. Elle crée des structures architecturales en grès inspirées de bâtiments coréens des années 1980 et 1990. Elle ne cuit pas ses réalisations mais les laisse sécher avant de les placer dans un bac rempli d’eau, dont le niveau est contrôlé à mesure que les pièces s’enfoncent.

Observant le processus constant de démolition, de rénovation et de reconstruction du tissu urbain qui l’entourait, Kim a commencé à réfléchir sur le temps et l’espace, avant d’appliquer cette réflexion à l’argile, à la terre et à la gravité. Son travail portant sur la disparition des choses, les titres de ses oeuvres renvoient à des lieux de Corée où des bâtiments ont été démolis.

 

© Sol YOON, Variation of Space.

© Sol YOON, Variation of Space.

L’oeuvre de Sol Yoon comprend deux grandes séries en porcelaine : Variations et Archetype. La première porte sur la création de sphères, faites de sections découpées et assemblées de différentes façons pour créer des compositions nouvelles, souvent sous forme de vases qui jouent sur la notion d’équilibre. Axée sur la déconstruction et le réassemblage, l’oeuvre de Yoon privilégie les formes organiques, les courbes convexes et concaves.

 

ekyun JU, Tracing Drawing.

© Sekyun JU, Tracing Drawing.

Sekyun Ju questionne son identité et le rôle de l’artiste dans sa quête de l’authenticité. Pour lui, l’art abstrait n’est pas suffisamment concret, et il préfère se tourner vers le passé de la Corée, ses valeurs et ses vestiges historiques, pour s’interroger sur ce que son pays a d’authentique aujourd’hui.

La céramique lui permet de se situer par rapport au présent. Après avoir découvert son goût pour ce matériau, Ju s’est rendu dans des régions reculées de la Corée pour faire son apprentissage auprès de grands céramistes.

S’inspirant de souvenirs d’enfance – les trésors nationaux coréens qu’il a vus dans des musées –, il entend rendre hommage au riche patrimoine culturel de son pays. En même temps, il réfléchit sur sa formation artistique et sur l’importance accordée au dessin (en Corée, savoir dessiner est un critère d’entrée à l’université), comme on le voit dans sa série Tracing Drawing. Il crée des pièces non émaillées, traitant le grès blanc comme du papier sur lequel il dessine.

 

© Kanghyo LEE, Buncheong Landscape Painting Series

© Kanghyo LEE, Buncheong Landscape Painting Series

Depuis plus de trente ans, Kanghyo Lee essaye d’interpréter à sa façon le buncheong coréen. Dans les années 1970 et 1980, de nombreux jeunes céramistes coréens se sont tournés vers le passé pour revisiter la céramique de leur pays.

Apprenant à maîtriser les techniques d’application d’argile blanche liquéfiée à la surface de vases et de grands plats, il traite les surfaces céramiques comme du papier sur lequel il aurait peint au pinceau et à l’encre. Son travail évoque des paysages représentant les quatre saisons distinctes de la Corée.

 

© Daekyun SEO, The Kettle Containing the Story, Nature 3.

© Daekyun SEO, The Kettle Containing the Story, Nature 3.

Daekyun Seo aime collectionner les « bouts » de toutes sortes : fragments de maquettes d’automobiles, d’avions et de robots, animaux en miniature, créatures marines, brindilles, glands de chêne… Ce qui l’intéresse, c’est de créer des compositions à partir de ces morceaux de plastique et autres matériaux étranges.

À partir de ces « souvenirs », Seo crée des moules pour obtenir des pièces en céramiques. Dans son travail, il évoque souvent les attributs d’une théière (bec, anse, pieds…). Une fois construits, les moules en plâtre servent à couler les pièces en barbotine (porcelaine liquéfiée), qui sont ensuite assemblées de manière à créer des compositions ressemblant souvent à des créatures marines.

 

© Meekyoung Shin, Translation, Ghost Series

Meekyoung Shin, Translation, Ghost Series.

Meekyoung Shin crée des sculptures en savon. Après sa formation initiale en Corée, dans la tradition classique de la sculpture européenne, elle part à Londres et s’intéresse aux processus de « traduction » qui s’opèrent quand des objets représentatifs d’une culture particulière changent de lieu. Pour cette exposition, elle a choisi spécifiquement différentes pièces qui évoquent la céramique coréenne.

Avec Translation Vases, elle reproduit des porcelaines de collection (produites en Chine dès le XVIe siècle pour être exportées en Occident) dont elle traduit directement les formes depuis l’original. En transposant ces objets précieux dans un matériau apparemment fragile et éphémère comme le savon, Meekyoung Shin questionne l’autorité inhérente aux vases d’origine.

 

© Sangduk Yu.

© Sangduk Yu.

Sangduk Yu est connu pour associer technologie et céramique. Réaliser des formes plates en porcelaine est techniquement difficile ; Yu a beaucoup travaillé pour résoudre des problèmes techniques et conceptuels. Il conçoit d’abord ses objets sous forme de programmes informatiques, qu’il traite ensuite à l’aide d’une imprimante 3D. En céramique, il aime expérimenter de nouvelles possibilités et tester les limites du matériau dans une perspective créatrice.

 

© Soyoung Park, Stavanger, 2013.

© Soyoung Park, Stavanger, 2013.

Soyoung Park aime expérimenter avec la porcelaine qu’elle pousse jusqu’à ses limites pour exprimer sa forte sensibilité. Sur de fines feuilles en porcelaine, elle perce des paysages urbains à la façon de découpages en papier de maisons et de bâtiments. Pour l’artiste, la notion de foyer et d’abri est importante, car elle est liée à celle de protection de son âme contre la dureté du monde compétitif dans lequel elle vit. Ces fines plaques de porcelaine sont son âme intérieure, et les bâtiments qu’elle découpe protègent métaphoriquement son bien être. La lumière joue également un rôle important dans son œuvre.

 

© Bohnchang Koo, Moon Rising.

© Bohnchang Koo, Moon Rising.

Inspiré par un portrait de la céramiste britannique Lucie Rie posant près d’une « jarre de lune » de la période Joseon, Bohnchang Koo a commencé à photographier d’anciennes céramiques coréennes dans divers musées internationaux. Désireux de capter la fragilité des choses et de souligner en même temps leur immortalité, il s’est mis à recenser les céramiques historiques les plus précieuses de la Corée, à la fois rares et coûteuses.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *