Exposition : « Kokdu, compagnons de l’âme », Musée des arts asiatiques de Nice

Kokdu-aidant Couple de domestiques Début du XXe siècle Collection Musée du kokdu (Séoul) ©Image Musée du kokdu

Kokdu-aidant, couple de domestiques, début du XXe siècle. Collection Musée du kokdu (Séoul)
© Image Musée du kokdu

« Kokdu, compagnons de l’âme »

Musée des arts asiatiques de Nice

30 mai – 7 novembre 2016

 

En Corée, durant toute la période Chosŏn (1392-1910), et jusqu’au milieu du XXe siècle, il était d’usage d’accompagner les morts au cimetière en utilisant un palanquin orné de kokdu, petites figurines de bois à l’expression naïve. Le défunt était porté au son des percussions et des chants, les kokdu ayant pour fonction de le guider vers l’au-delà et de protéger son âme des esprits maléfiques.

Ces petites figurines de bois font partie du patrimoine funéraire traditionnel coréen. Elles représentent des personnages, des fleurs, des animaux réels ou surnaturels, qui étaient placés tout près du cercueil du défunt. L’ensemble composait une structure funéraire complexe en forme de maison, appelée sangyeo, portée à bras ou sur roues, qui se déplaçait en procession, et dont la fonction était de transporter le corps depuis la chapelle mortuaire jusqu’au lieu de l’enterrement. Il s’agissait alors d’une étape transitoire, où le mort se trouvait à la frontière indécise entre l’ici et l’au-delà.

Phénix et passementerie, début du XXe siècle. Collection Musée du kokdu (Séoul) © Image Musée du kokdu

Phénix et passementerie, début du XXe siècle. Collection Musée du kokdu (Séoul) © Image Musée du kokdu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *