Conférence : « Le trafic illicite des biens culturels coréens : prévention et restitution »

Peinture bouddhique restituée, présentée à la presse coréenne, Musée National de Corée, Séoul, 7 janvier 2014

Peinture bouddhique restituée, présentée à la presse coréenne, Musée National de Corée, Séoul, janvier 2014.

 

Conférence de la Société des études euro-asiatiques

« Le trafic illicite des biens culturels coréens : prévention et restitution »
 

Par Ariane Perrin, Docteur en art et archéologie de la Corée, chargée de cours en Histoire de l’art de la Corée à l’université Paris Diderot

Le jeudi 17 mars 2016 à 18h30

Musée du quai Branly (Salle 1)

Pendant la période coloniale japonaise (1910-1945) et la guerre de Corée (1950-1953), mais aussi dans les années 1970 et 1980  un nombre important de biens culturels coréens ont quitté clandestinement  la Corée.

Depuis quelques années, la presse coréenne se fait l’écho d’une série de restitutions de biens culturels coréens retrouvés  à l’étranger : six sceaux de l’Empire de Corée (1897) rapportés par un marine américain en garnison en Corée pendant la guerre de Corée, ainsi qu’une peinture bouddhique coréenne figurant dans le catalogue de vente d’un antiquaire japonais ont été restitués à la Corée.
Cette communication fera le point sur le « soft power » de la diplomatie culturelle mise en place par le gouvernement coréen pour renforcer la lutte contre le trafic illicite et faire rapatrier les biens culturels exportés illégalement au cours du XXe siècle. Nous verrons en particulier le rôle actif de l’ « Overseas Korean Cultural Heritage Foundation » (OKCHF) et du « Cultural Heritage Connoisseur Office » (CHCO). Se posera aussi la question des biens culturels créés au cours du XXe siècle, qui figureront prochainement dans la catégorie des objets dont l’exportation est illicite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *