Exposition : La Corée entre tradition et modernité. Matières détournées

© Eva Han, Hétéroclisme 1, 2011

© Eva Han, Hétéroclisme 1, 2011

 

La Corée entre tradition et modernité
Matières détournées

Maison des Arts, Antony

10 février – 3 avril 2016

 

Si les arts chinois et japonais font l’objet d’une attention particulière des spécialistes et suscite l’engouement du public français, l’art coréen apparaît comme le parent pauvre de la scène artistique extrême-orientale.

Fortement influencé par la Chine, on a longtemps pensé que le « pays du matin calme » ne possédait pas une identité artistique particulière. Pourtant, des professionnels tels que Pierre Cambon, historien de l’art coréen et conservateur en chef au musée national des arts asiatiques-Guimet à Paris, décèlent désormais des traits coréens, dont certains sont perceptibles dès le VIIe siècle. Le « style » coréen semble ainsi se démarquer par l’importance d’un graphisme fluide et concis, dans lequel on note un refus de l’anecdote, une prédominance des compositions minimalistes, un sens des volumes et des lignes, un goût du mouvement, de l’innovation et de la fantaisie, le tout traité de manière sobre et épurée.

Les oeuvres de Choi Hyun-Joo, Han Eva Eun-Sil, Jang Kwang-Bum, Jung Do-Jun, Kim Sunga, Shin Chul, Shin Gyung-Kyun témoignent admirablement de la fusion entre des éléments issus de la tradition coréenne et des apports de cette modernité.

Ces artistes expriment parfaitement le syncrétisme entre tradition et modernité, entre Orient et Occident, à travers leurs recherches sur la matière-même composant leurs oeuvres. Ce qui fait leur originalité sur la scène artistique contemporaine, c’est l’utilisation tant de matériaux « modernes » modifiés par l’homme (la fibre de verre, l’acrylique), que traditionnels et dits « naturels » dans la culture coréenne (le papier, le métal, le tissu, le bois), voire très souvent leurs interactions.

L’usage de matières particulières relève finalement de choix autant symboliques qu’esthétiques aux yeux de ces artistes. Pour eux, leur art doit interagir avec le spectateur, il est un moyen de rencontre avec soi et avec le monde. Aussi, les oeuvres qu’ils réalisent invitent le public, avec délicatesse et poésie, à leur observation attentive et à la méditation de problématiques ontologiques : la vie, la mort, l’identité, la mémoire et le temps.

 

Du mardi au dimanche : 12 h > 19 h – fermé le lundi et les jours fériés

Maison des Arts – 20, rue Velpeau – 92160 Antony / +33 (0)1 40 96 31 50

maisondesarts@ville-antony.frhttp://www.ville-antony.fr/maison-des-arts

Station Antony – RER B, direction Saint-Rémy-lès-Chevreuse – sortie rue Velpeau

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *