Biennale de photographie Photoquai 2015 : Chulsu Kim, Daesung Lee

Photoquai 2015 

We Are Family

 

du 22/09/15 au 22/11/15

 

Pour sa 5ème édition, la biennale de photographie Photoquai s’installe sur les quais de la Seine, au premier étage de la Tour Eiffel et dans d’autres lieux parisiens, pendant deux mois, pour présenter les œuvres inédites de 40 photographes non Européens. Cette année, les images incitent à la réflexion sur la famille : qu’est-ce que « faire famille » ?

 

Rendez-vous incontournable de la photographie, depuis sa création en 2007, la biennale des images du monde Photoquai poursuit sa mission fondamentale : mettre en valeur et faire connaître des artistes du monde entier, dont l’œuvre reste inédite ou peu connue en Europe, susciter des échanges, des croisements de regards sur le monde.

La direction artistique de la 5ème édition de Photoquai (PHQ5) a été confiée à Frank Kalero. Après une première programmation en 2013 plébiscitée par le grand public et les professionnels de la photographie, Frank Kalero propose cette année d’ouvrir le champ géographique et d’élargir la sélection aux diasporas. La sélection des 40 photographes de cette 5ème édition a été réalisée par une équipe curatoriale constituée du directeur artistique, de six commissaires et d’un comité de programmation interne au musée du quai Branly présidé par Stéphane Martin.

Miroir d’un monde en constant mouvement, Photoquai présente les œuvres de 40 photographes contemporains du monde entier issus des grandes zones géographiques représentées au sein des collections du musée du quai Branly. Autour du thème « We Are Family », les 400 photographies sélectionnées seront présentées de jour comme de nuit, pendant deux mois, sur les quais de la Seine en face du musée, au sein d’une scénographie de Patrick Jouin. Elles constituent un instantané inédit de la photographie contemporaine.

 

Photographes coréens sélectionnés à Photoquai :

 

Chulsu Kim © musée du quai Branly, Photoquai 2015

Chulsu Kim © musée du quai Branly, Photoquai 2015

Chulsu KIM

 

Photographe sélectionné dans le cadre de l’appel à projet conçu et réalisé pour Photoquai EyeEm – musée du quai Branly, 2015. D’origine coréenne, Chulsu Kim est né en 1981 à Yamaguchi (Japon). Après des études au Tokyo Fashion College, il s’est installé dans la capitale nippone. « Venu à la photo par le biais d’un iPhone acquis en 2010 », il se dit « ébloui par les images postées sur les plateformes de partage comme EyeEm ». C’est d’ailleurs grâce à cette dernière qu’il est devenu le quarantième photographe sélectionné pour participer à Photoquai. Au printemps de cette année, l’équipe de direction artistique de la manifestation et le musée du quai Branly ont en effet lancé un appel à candidatures via cette application utilisée par plus de 10 millions de personnes dans le monde. Sur les quelque 9 000 prétendants, Chulsu Kim a franchi toutes les étapes jusqu’au vote final. Un « jeune » photographe, donc, mais non dénué de références, puisqu’il cite ses deux compatriotes Tomatsu Shomei (1930-2012) et Daido Moriyama (né en 1938) ainsi que les membres de l’agence Magnum comme influences majeures.

Daesung Lee © musée du quai Branly, Photoquai 2015

Daesung Lee © musée du quai Branly, Photoquai 2015

Daesung LEE

Né en 1975 à Busan (Corée du Sud), Daesung Lee est diplômé des Beaux-Arts, section photographie, de l’université Chung-Ang de Séoul. Après ses études, il a un temps voyagé à travers le monde avant de se consacrer, à partir de 2007, à la photographie documentaire, style qu’il considère le mieux adapté à son engagement social. En 2014, le magazine en ligne Lensculture lui a décerné le prix « Récit en images ». Daesung Lee vit actuellement à Paris, mais travaille principalement à l’étranger.

On the shore of a vanishing island

Photoquai 2015

La petite île de Ghoramara, située à l’orée du delta du Gange, dans le golfe du Bengale, en Inde, est menacée. Depuis les années 1960, ses rivages n’en finissent plus d’être emportés par l’élévation du niveau de la mer, provoquée par le réchauffement climatique. Plus de la moitié des terres ont disparu, et les deux tiers de la population ont dû s’en aller. Ceux qui restent, agriculteurs et pêcheurs, ne doivent leur subsistance qu’aux ressources de l’île. Selon des rapports récents, Ghoramara sera complètement submergée d’ici à vingt-cinq ans. Le gouvernement indien a déjà élaboré un plan d’évacuation vers l’île de Sagar, située en aval sur le Gange, mais il ne garantit ni aide financière ni compensation aux villageois déplacés.
Tout en rendant hommage à la population de Ghoramara, Daesung Lee ose espérer que ses images fantomatiques entraîneront une prise de conscience des effets ravageurs du réchauffement climatique. Sous un soleil brumeux, cernés par l’omniprésence de l’eau, ses modèles se tiennent au milieu des vestiges de leur île, seuls et impuissants.

www.indiphoto.net


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *