Exposition : La peinture nord-coréenne en liberté à Séoul

 

Natures mortes et paysages sont prisés des peintres nord-coréens. Ici, une œuvre de Son U-yong. (Photo Courtesy Fondation Springtime Art)

Natures mortes et paysages sont prisés des peintres nord-coréens. Ici, une œuvre de Son U-yong. (Photo Courtesy Fondation Springtime Art)

 

Centre Kintex, Séoul

Jusqu’au 6 mars 2015

Rarissime occasion, en Corée du Sud, de découvrir exposées les œuvres d’artistes vivant de l’autre côté du 38e parallèle.

«Il n’a rien à envier à un impressionniste français !» s’enthousiasme le collectionneur Frans Broersen devant un lumineux tableau d’arbres en fleurs. Un peu plus loin, une œuvre de celui qu’il considère comme «le Van Gogh nord-coréen».«Je lui ai dit quand je l’ai rencontré… mais il n’avait jamais entendu parler de Van Gogh. Au-delà des frontières de la Corée du Nord, il ne connaissait que Picasso.»

Pour cette exposition au centre Kintex, au nord de Séoul, l’investisseur néerlandais a sélectionné quelque 150 peintures dans sa collection qui compte 2 500 œuvres nord-coréennes. Regroupées par thèmes, ce sont en majorité des natures mortes et des paysages déclinés au fil des quatre saisons. Et de nombreux sujets – cerisiers en fleurs, bambous, pins, montagnes, danseuses traditionnelles – se retrouvent dans l’art sud-coréen qui remplit les musées de Séoul.

Kim et Yoon, deux amis retraités de 76 et 78 ans, amateurs d’art, sont venus par curiosité au Kintex. Sur le plan artistique, ils n’ont pas été impressionnés. Un peu trop «réaliste» à leur goût. Mais «malgré tout, c’était important de venir. Car nous sommes un même peuple, avec une même culture».

 

Jeunes filles en fleurs sous le pinceau de Tak Yo-yeon. Photo Courtesy Fondation Springtime Art

Jeunes filles en fleurs sous le pinceau de Tak Yo-yeon. Photo Courtesy Fondation Springtime Art

 

Élite. Soudain, la nature fait place aux portraits. Des visages, des scènes qui piquent forcément la curiosité puisque venus du pays le plus fermé de la planète. Une mère et ses enfants sur une plage, des jeunes filles peignant leurs ongles avec des pétales de fleurs, des travailleurs posant fièrement dans une rizière – visages souriants et vision idéalisée, typiques des régimes autoritaires communistes. En Corée du Nord, l’art, comme tout le reste, est sous contrôle des autorités. Les peintres, qui appartiennent pour la plupart à la classe privilégiée pouvant étudier à l’université, se voient attribuer différents statuts plus ou moins prestigieux.

Une peinture de style impressionniste attire l’attention : des passants, des voitures et des bus, des lampadaires allumés. Loin des représentations usuelles de la capitale, Pyongyang, la scène pourrait se dérouler dans n’importe quelle ville européenne. «J’ai trouvé ces peintures directement dans le studio de l’artiste. Elles n’étaient exposées nulle part au Nord», explique Broersen. L’anecdote pourrait corroborer la thèse selon laquelle bon nombre de toiles sont destinées aux étrangers. Une accusation que rejette formellement le collectionneur, qui rappelle qu’il y a bel et bien, sur place, un marché de l’art pour les élites. «Et il serait hypocrite de prétendre que, parmi les 24 millions de Nord-Coréens, il n’y ait pas de formidables artistes.»

Ce qui est sûr, c’est qu’avec son audacieuse passion, le codirecteur de la fondation Springtime Art a fait grimper les prix. La nouvelle à propos de ce collectionneur étranger prêt à dépenser des fortunes s’est vite propagée, et les artistes ou leurs proches ont commencé à venir à lui.

Résonance. A la chute de l’Empire soviétique, Frans Broersen débute une collection d’œuvres russes. Comme une suite logique mais aussi «par curiosité», dit-il, il se tourne ensuite vers l’art nord-coréen. En 2005, lors d’un premier séjour de repérage, il découvre le studio Mansudae, le plus grand de Pyongyang, qui emploie plusieurs centaines d’artistes proches du régime. Dès le deuxième voyage, il dépense pour 300 000 euros de toiles. Il rencontre la plupart des peintres dont il acquiert des œuvres, visite quelques studios et règle toujours ses achats en espèces.

Au fil de ses visites, il finit par amasser près de 2 500 œuvres, principalement des peintures, qu’il conserve précieusement aux Pays-Bas. Si le marché de l’art nord-coréen est encore balbutiant, plusieurs toiles, telles celles de Jung Chang-mo, se sont vendues plus de 30 000 euros en Europe. Les œuvres de la fondation Springtime Art ont déjà été montrées en Lituanie et en Lettonie et, cet automne, l’ambassade de Corée du Nord à Londres a organisé une exposition inédite en présence des artistes.

A Séoul, cette exposition a une résonance particulière. D’une ampleur rarement égalée, elle représente pour les Sud-Coréens une occasion unique de jeter un œil sur ce qui se peint de l’autre côté du 38e parallèle. «Nous sommes tout proche de la frontière. Cet événement est un message fort en faveur de la réunification», s’enthousiasme Phil Chung, directeur du centre Kintex. Pourtant, il aura fallu quatre ans et plusieurs refus avant que Frans Broersen ne trouve preneur dans le sud de la péninsule. «Quand on parle de Corée du Nord ici, les cheveux se hérissent automatiquement !»constate-t-il.

 

Toile de Jong Chang-mo. Photo Courtesy Fondation Springtime Art

Toile de Jong Chang-mo. Photo Courtesy Fondation Springtime Art

 

Placard. A Séoul, la loi de sécurité nationale interdit formellement tout matériel faisant l’apologie de «l’ennemi communiste». C’est en vertu de cette loi que Frans Broersen a dû laisser au placard trois de ses peintures. Elles comportaient des inscriptions à la gloire du régime des Kim. Au mur, le panneau interdisant de prendre des photos mentionne «d’éventuelles mesures sécuritaires de la part du gouvernement». «Simple mesure de précaution», justifie Phil Chung. En pratique, le règlement est plus souple : des photos oui, mais sans flash. Les visiteurs ne se privent donc pas de sortir leurs smartphones pour immortaliser leurs toiles préférées.

Seul regret : l’exposition, qui se tient jusqu’au 6 mars, laisse le visiteur face à un manque cruel de contexte. Les toiles ne sont ni titrées ni datées, et encore moins expliquées. Quand on le lui fait remarquer, Frans Broersen concède volontiers qu’il n’en sait souvent pas plus. Et à ceux qui lui reprochent une approche uniquement spéculative, le sexagénaire réplique : «Mon but n’est pas commercial, il est de montrer ces œuvres. Sinon, je les aurais tout de suite mises aux enchères, on me l’a proposé, d’ailleurs. Bien sûr, c’est un investissement. Quand la Corée du Nord s’ouvrira, son marché aussi. Ce jour-là, c’est sûr, notre collection gagnera en valeur.»

 

Source : Libération, 11 février 2015

Texte et photos Eva John, correspondante à Séoul


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *