Journée d’étude : D’Est en Ouest : relations bilatérales autour du papier entre l’Extrême-Orient et l’Occident, 10 octobre 2014

Plusieurs communications sur le papier coréen seront présentées au cours de la journée d’étude

 

D’Est en Ouest : relations bilatérales autour du papier entre l’Extrême-Orient et l’Occident

Le 10 octobre 2014, 9h00-18h00

Galerie Colbert, salle Vasari

2, rue Vivienne 75002 Paris

 

11h45 / AHN Hye-Sung

Etude de fonds photographique sur la Corée du XIXe-XXe siècle, conservé en France

 

12h00 / KIM Mee-Jung

Archéologie d’un savoir-faire: le montage coréen sous la dynastie Joseon

 

15h15 / Laurence CAYLUX, Anna GABRIELLI

Les savoir-faire traditionnels autour du papier pendant les voyages de l’association « Correspondance » au Japon et en Corée »

 

15h45 / Claude LAROQUE

Développement d’une méthode d’identification des papiers asiatiques : recherche en cours

 

Vous pouvez télécharger le programme ici.

L’entrée est libre d’accès sous réserve du nombre de places disponibles. Il est indispensable de s’inscrire en précisant vos coordonnées (Nom, prénom, profession) auprès de Claude Laroque, responsable scientifique de la journée : claude.laroque@univ-paris1.fr

 

La fascination qu’exerce l’Extrême-Orient sur les Européens, alimentée par les récits de voyages qui apportent une vision féérique de la Chine puis du Japon, est toujours vivace. Le devisement du monde, paru à la fin du XIIIe siècle, est le premier ouvrage à diffuser une vision merveilleuse de la Chine. D’autres voyageurs se risquent en Extrême-Orient après Marco Polo et de nouveaux ouvrages, parfois de pure fiction, renforcent cette vision imparfaite et fabuleuse de cette région du monde que des générations d’Européens conserveront. Les artistes vont s’intéresser aux papiers importés d’Extrême-Orient, Rembrandt en est un bon exemple et au XIXe siècle les graveurs, français en particulier, en font usage fréquemment pour obtenir de très beaux effets de matière. Mais les modes de production des papiers asiatiques, leur évolution chronologique sont toujours mal connus des Occidentaux ; classés sous un vocable générique de « papiers asiatiques », ils restent nimbés de mystère et sont souvent mal identifiés par les responsables de collections.
Les restaurateurs se trouvent dans les rangs des amateurs éclairés. Qu’ils s’intéressent directement aux oeuvres d’art asiatiques, qu’ils cherchent à mieux employer les techniques développées en Asie pour se les approprier au bénéfice des collections d’oeuvres occidentales ou qu’ils s’intéressent aux matériaux constitutifs des oeuvres orientales, ils forment une petite communauté liée par un intérêt pour un même champ disciplinaire.

Cet intérêt s’est développé en France autour de la diffusion des techniques japonaises dans les années soixante en Italie, lors des inondations de l’Arno à Florence. Les Japonais cherchant à mieux faire connaitre leur culture, sont les premiers à proposer des séminaires d’initiation aux techniques nippones. Quelques étudiants français séjournent en Chine et au Japon et à leur retour transmettent leurs nouvelles connaissances.
Les occasions d’échanges entre les deux mondes vont se multiplier durant les deux dernières décennies. Les étudiants asiatiques, Japonais, Chinois, Coréens deviennent plus nombreux à s’inscrire dans les programme de formation à la conservation-restauration en France. Leur réinstallation dans leur pays d’origine suppose qu’à leur tour, ils diffusent et appliquent des savoir-faire occidentaux.
Le développement de contacts lors de visites, conférences et programmes de recherche vont également faciliter les échanges bilatéraux d’informations entre professionnels.

La journée d’étude témoigne de cette diversité d’intérêt et de l’importance des échanges pour mieux comprendre les productions artistiques dans des cultures éloignées.
Sont présentés des cas d’études et de traitement d’oeuvres peintes asiatiques, des exemples de transposition des procédés asiatiques de restauration sur les collections occidentales et d’appropriation des outils et matériaux, l’état de la recherche en matière d’analyse des matériaux, l’apport de l’étude matérielle à la connaissance des oeuvres et documents.

Avec le soutien du Conseil scientifique
de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *