Burning Down the House, Biennale de Gwangju, jusqu’au 9 novembre 2014

gnb_banner

 

C’est une biennale dense et charpentée que propose la curatrice britannique Jessica Morgan, à Gwangju, en Corée du Sud. Son titre ? Burning Down the House, clin d’œil au tube des Talking Heads. Qui dit incendie dit ébranlement des institutions – politiques ou domestiques –, activisme et table rase.

Sont abordés de front les sujets qui agitent cette ville coréenne, théâtre en 1980 d’une insurrection démocratique réprimée dans le sang. Comment le travail de mémoire peut-il aider à affronter un présent chahuté ? Tel est le cœur de l’œuvre empathique de la Coréenne Minouk Lim.

Du politique au social et à la question du genre, il n’est qu’un pas que franchissent les performances sexuellement troublantes de la Coréenne Lee Bul ou les broderies revendicatrices de la Turque Günes Terkol. A Gwangju, la résistance s’exprime à tous les étages.

 

Roxana Azimi

Journaliste au Monde

 

Burning Down the House, biennale de Gwangju

Du 5 septembre au 9 novembre 2014

www.gwangjubiennale.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *