Articles sur la notion du vide dans l’esthétique coréenne

 

Deux articles sont consacrés à la notion du vide dans l’art et l’esthétique coréens dans l’ouvrage suivant :

Notions esthétiques

Résonances entre les arts et les cultures

Sous la direction de

Véronique Alexandre Journeau, Muriel Detrie Akinobu Kuroda et Laurent Mattiussi

Collection L’Univers esthétique, Editions L’Harmattan, 2013

 

 

• Corée : le thème du vide et de l’errance par Pierre Cambon

 

• L’Esthétique du vide (공, 空) par Kim Hyeon-Suk

 

 

L’esthétique, en tant que discipline philosophique traitant de l’art née au sein de la culture occidentale, n’a été introduite que tardivement dans les autres cultures, notamment asiatiques, où existaient pourtant de longue date des notions, formulées dans leurs langues pour rendre compte de l’expérience esthétique et évaluer les œuvres artistiques. Alors, ne peut-on trouver, sinon des concordances terme à terme, du moins des résonances entre langages artistiques entre l’Asie et l’Occident ? Tel est le pari qui sous-tend le recueil de textes rassemblés ici.

Le parcours commence par un terme chinois couramment utilisé dans les arts d’Asie orientale pour désigner le degré suprême d’excellence artistique, 神 shén, traduit le plus fréquemment par « divin » voire « sublime », ce qui suscite naturellement un retour sur ces notions en Occident. Puis vient un terme, 游 / 遊 you, prégnant dans les discours sur l’art et en poésie et qui, comme espace de liberté et de pérégrination sans fin de l’esprit, ouvre sur les notions d’errance et d’improvisation. En troisième infinitude, au-delà du plein ou du néant, une notion clé en Asie comme ne Occident, le vide, 虛 xu ou  空 kong, fortement influencée par l’introduction du bouddhisme venu d’Inde. Le terme de résonance serait sans doute le plus à même de rendre compte de ce phénomène de mise en mouvement de l’esprit au contact de l’autre qui oblige au dépassement de ses limites et à l’inventivité. Puissent les articles réunis ici, par les multiples échos et interrogations dont ils sont porteurs, trouver aussi leur résonance chez le lecteur et ouvrir la voie d’une esthétique comparée encore à inventer.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *