Exposition : PARFUM D’ENCRE, Peinture lettrée de la Corée Joseon (1392-1910), Genève

Vieux pin de l’autel Sajik, JeongSeon(1676-1759), encre et couleurs légères sur soie © Korea University Museum

Vieux pin de l’autel Sajik, Jeong Seon (1676-1759), encre et couleurs légères sur soie © Korea University Museum 

PARFUM D’ENCRE, Peinture lettrée de la Corée Joseon (1392-1910)

Fondation Baur, Musée des arts d’Extrême-Orient, Genève, Suisse

Jusqu’au 12 janvier 2014

S’il est plus fréquent de pouvoir admirer des œuvres d’art chinoises ou japonaises dans nos contrées, la culture coréenne, elle, demeure passablement méconnue. Cette exposition propose de découvrir certains des plus célèbres artistes de la dynastie Joseon (1392-1910) au travers d’une cinquantaine de pièces provenant directement des réserves du Korea University Museum de Seoul. Ces trésors, réalisés à l’encre sur papier ou sur soie, rappellent à la fois les liens traditionnels noués avec la Chine, ainsi que le processus subtil d’une identité artistique qui s’affirme.

Avec l’avènement d’un art national, les peintres puisent leur inspiration dans la beauté des paysages qui les entoure ainsi que dans la tradition. Parallèlement aux paysages idéalisés, les représentations réalistes deviennent à la mode parmi les peintres lettrés. Les artistes dépeignent de même avec finesse des scènes de la vie quotidienne de l’aristocratie où les personnages, traités avec humour et poésie, évoluent dans une atmosphère raffinée. Le genre fleurs et oiseaux, hérité de la Chine des Song (960-1279), est représenté avec une extrême délicatesse et un sens précis de l’observation et du réalisme. Chefs-d’œuvre de sobriété, les portraits combinent habilement, quant à eux, le naturalisme propre à l’art occidental introduit en Corée par l’intermédiaire de la Chine, et le réalisme psychologique propre au milieu lettré.

Tout au long du parcours de l’exposition, plusieurs classiques de la peinture lettrée sont envisagés : la représentation de paysages, fictifs ou réels ; la rencontre avec les personnages qui s’y promènent ; les quatre plantes nobles (bambou, chrysanthème, prunus, orchidée) ; les classiques du genre fleurs et oiseaux et finalement, quelques exemples de peinture de Cour et de portraits.

C’est la première fois que la Fondation Baur a le privilège de montrer un pan important du patrimoine conservé en Corée. Cette manifestation, réalisée avec le soutien de l’Ambassade de la République de Corée, la Korea Foundation et du Korea University Museum, s’inscrit dans la célébration des cinquante ans de relations diplomatiques entre la Suisse et la Corée.

 

Commissaire de l’exposition : Estelle Niklès van Osselt, conservatrice-adjointe de la Fondation Baur, Musée des arts d’Extrême-Orient

 

Scénographe : Nicole Gérard

 

Un catalogue, édité par la Korea Foundation et le Korea University Museum, accompagne l’exposition.

 

 

Parfum d’encre_Communiqué de presse

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *